L’aventure commence en 1993 lorsque trois Bretons se lancent, contre vents et marées, dans le commerce équitable : Guy Durand, alors président de Max Havelaar France, Olivier Bernadas, gérant de la jeune société Lobodis, et Yves Thébault, directeur du Centre d’aide par le travail de Bain-de-Bretagne. Leur défi : proposer un café de qualité, acheté au juste prix aux petits producteurs, transformé en France par des ouvriers en situation de handicap. Tugdual Ruellan, journaliste, et Bernard Bruel, enseignant, nous entraînent sur la Route du café bolivien, depuis les Yungas jusqu’en Bretagne en passant par le port du Havre. Route dangereuse mais route de tous les espoirs… Ils se font porte-parole des producteurs. Ils nous racontent l’histoire de ces compagnons et coopérateurs qui ont pu, grâce à un commerce juste, améliorer leurs conditions de vie et retrouver la fierté de leur travail.

AUTEURS : Bernard Bruel et Tugdual Ruellan

Avec un CD de musiques enregistrées en Bolivie

ou offertes par des amis musiciens


PREFACE de Madame l’Ambassadrice de Bolivie en France

Le parcours entre les lignes de cet ouvrage a fait surgir en moi des souvenirs d’enfance dans ma lointaine communauté au Nord de les paysages et le chant des oiseaux qui, pour bien des personnes ethnocentriques, ressemblent à du simple folklore.
Ce livre permet un voyage presque initiatique au sein de nos us et coutumes et nous rappelle avec force et conviction que l’équilibre entre l’être humain et les écosystèmes est un concept fondamental qui nous permet le « vivre bien », SUMA QAMANA en aymara et SUMAQ KAWSAY en quechua, une notion désormais inscrite dans la nouvelle Constitution Politique de l’Etat Plurinational de Bolivie et qui, j’espère, pourra servir comme un concept inspirateur et fédérateur à d’autres peuples pour construire ensemble un monde un peu plus équitable et bon à vivre qui contraste avec la notion de « vivre mieux » liée à la consommation effrénée en dépit d’autrui et en total désunion avec les écosystèmes de la nature.

Retracer le trajet de la semence du café, des villages cultivateurs jusqu’à sa consommation, illustrer les précaires conditions de travail dans un pays qui sort de sa léthargie économique tout en décrivant la beauté de la Bolivie, a été un exercice réussi pour les auteurs.

Cet ouvrage est en cela, un témoignage du moment historique que nous vivons en Bolivie, un moment où le peuple reprend ses droits, récupère son histoire, sa réalité, en le projetant dans le futur.
Pour cela, je souhaite exprimer mes plus sincères félicitations aux auteurs, Tugdual Ruellan, journaliste, et Bernard Bruel, enseignant, pour cette heureuse initiative de faire découvrir au public en général, une partie de la Bolivie, sa culture, ses traditions et sa notion ancestrale du commerce équitable.

Pour un commerce équitable en harmonie avec la Mère-Terre, Pachamama !

Bon de commande disponible à la rubrique SOUTENIR acheter le livre